Un oeuf sans coquille

Le weekend dernier vu mouvementé à la maison : on fêtait l’anniversaire de mon plus grand garçon (4ans) et nous avions loué un château gonflable. J’ai donc utilisé l’enclos à poule pour cloisonner les petites poulettes au fond du jardin le weekend. Les pauvres 🙂 Nous savions que nous allons pas avoir d’oeuf dans la semaine, mais nous n’avions pas le choix.

Le samedi et dimanche, pas de soucis, nous avons eu des oeufs nickels !

Le lundi par contre, nous avons eu un oeuf transparent, sans coquille, tout mou et gélatineux. C’est très troublant !
Lire la suite

Distributeur de graines

Pour que mes petites poules aient un peu plus d’autonomie (lire : pour que je sois un peu plus tranquille), je me suis lancé dans la fabrication d’un petit distributeur de graines.

Le problème avec les poules, c’est qu’elles aiment gratter. Elles grattent tout, tout, tout ! C’est un réflexe qu’elles ont pour trouver des vers, larves, … dans la nature. En mangeant, avec une mangeoire « classique » vendue dans les animaleries, elles mettent les 3/4 des graines à coté. Les graines servent donc de repas aux moineaux, pies et pigeons qui viennent se servir en même temps que les poules ! Et en plus, cela ne fait pas propre dans le poulailler.

Quelques minutes sur internet suffisent pour trouver la solution au problème : il faut créer une mangeoire où les poules sont obligées d’allonger la tête pour venir picorer les graines et où elles ne peuvent pas y mettre les pattes. Il y a de nombreuses vidéos disponibles sur internet qui expliquent la manière de concevoir un tel système, à partir de tuyaux d’évacuation en PVC et un peu de bois. Parfait, tout ce que j’ai en stock dans mon garage !

Je m’en suis donc inspiré, je ne désire pas réinventer la poudre. Autant prendre ce qui existe et qui fonctionne.

En gros, il suffit de prendre un T en PVC et un morceau droit de tuyau. Pour le diamètre, j’avais du 90mm sous la main, ce qui est largement suffisant. Je ne ferai pas plus petit, mais plus grand n’est pas un problème (à moins de mettre du 320mm peut-être …).  Le morceau droit servira de réservoir, et le T de « distributeur ». Il faut ensuite découper un morceau de bois pour obstruer quasiment la moitié de l’ouverture du T pour empêcher les poules d’accéder trop facilement aux graines et réaliser un petit goulot d’étranglement pour limiter le flux de graines vers le bas (et ne pas faire déborder le tuyau par l’ouverture du T). Voici un petit schéma explicatif que j’ai vite réalisé :

Distributeur de graines en PVC

La réalisation est très rapide. Pas besoin de fignoler, c’est pour des poules !

Voici le résultat final. Les poules adorent, elles picorent quand elles ont faim et il n’y a pas de graines partout par terre. J’augmenterai la taille du « réservoir » pour avoir plus d’une semaine d’autonomie lorsque nous partirons en vacances.

Goulot d'étranglement
Goulot d'étranglement
Petit goulot d'étranglement à partir d'une bouteille en plastique
« 1 de 4 »

Des Poules !

Ca y est, nous nous sommes décidé à adopter des poules. Après avoir longuement réfléchi, on y voyait de nombreux avantages et finalement peu d’inconvénients majeurs.

Au niveau des avantages :

  • des oeufs !
  • diminution des poubelles, tout ce qui est organique pourra être donné aux poules (enfin, presque tout)
  • super ludique pour les enfants
  • enrichi le sol avec le caca des poules
  • chasse les limaces de mon tout petit potager
  • plus besoin de tondre, mon jardin est tout petit

Pour les inconvénients et leurs solutions :

  • du caca de poule partout dans la pelouse – oui mais il suffit de les ramasser de temps en temps. Et avec la pluie, ils se dissolvent vite dans l’herbe. Finalement, il suffit de se garder une paire de chaussure pour le jardin et il n’y a pas de soucis
  • il n’y aura plus d’herbe dans le jardin ! bhein non, 80m² pour deux poules, c’est parfait. Un dicton dit « s’il n’y a plus d’herbe dans la poulailler, c’est que le poulailler est trop petit »
  • il faut se lever tous les jours très tôt pour ouvrir et refermer tous les soirs – bah oui, ca permet de profiter de la journée. Et j’ai bientot fini mon petit système automatique que j’exposerai bientôt sur ce blog
  • les poules vont attirer les rats dans le jardin – à la longue peut-être, mais si tout est bien nettoyé, c’est très propre et ne sent rien du tout. Les rongeurs ne seront pas attirés de trop. Et puis, finalement, il y a moins de nourriture qui finit dans le compost, donc moins de rats attirés
  • elles vont faire du bruit et gêner les voisins – alors là, pour le bruit … on ne les entend jamais ! Peut-être quelques *kot kot kot* lorsqu’on s’approche, mais c’est tout !

Pour la petite histoire, voici notre courte expérience (cela fait 2 mois que nous avons les poules dans notre jardin, nous en sommes enchantés !) :

Nous avons d’abord acheté un petit poulailler avec zone grillagée et couverte pour qu’elles puissent s’abriter lorsqu’il pleut. Une fois installé dans le jardin, le temps d’habituer les voisins à l’idée qu’on aura des poules et de préparer le reste du matériel (mangeoire, abreuvoir, paille pour le pondoir et copeaux de bois pour la zone de fientes, et un gros sac de graines), nous sommes allés chercher une poule (oui, une seule) dans un élevage en Flandres. De retour chez nous, nous avons installé la poule dans le poulailler, enfermée à l’intérieur pour qu’elle laisse son odeur quelques heures. L’idée était ensuite de la laisser dans le petit coin grillagé la journée et, lorsque nous sommes à la maison, la laisser courir dans le jardin.

Petit poulailler au fond du jardin

Finalement, on l’a trouvée assez malheureuse, toute seule dans la petite zone grillagée … et nous avons investi dans un enclos modulaire trouvé sur amazon :

Ce filet permettra de laisser les poules toute la journée dans une partie du jardin. Quelle merveilleuse idée !

Une fois le filet reçu (le lendemain), nous sommes vite allé chercher une deuxième poule pour accompagner la petite poule noire qui s’ennuyait. Puisque nous étions présent, nous avons décidé de ne pas mettre directement le filet, vu que notre jardin est bordé d’une haie en périphérie… sauf que les poules peuvent se faufiler un peu partout, et il n’a pas fallu 20 minutes pour qu’elles se retrouvent à gratter le nouveau parterre fleuri des voisins ! Il a fallu user de quelques ruses pour les rapatrier dans notre jardin et les enfermer à nouveau dans le petit enclos grillagé avant de barricader le pourtour de la haie histoire d’être tranquille.

Maintenant, elles peuvent gambader à leur aise dans tout le jardin ! J’ai juste utilisé l’enclos pour clôturer ma petite zone de potager. Nous utilisons aussi l’enclos pour mettre les poules en sécurité au fond du jardin lorsque nous avons des invités avec des chiens.

Elles ont l’air heureuses et nous donnent des oeufs super bons ! Merci à ces deux petites poulettes ! En plus, elles sont sociales car dès que nous arrivons dans le jardin, elles accourent nous dire bonjour, c’est tout simplement génial.

Quelques photos pour le fun :

Petit Poulailler
Petit Poulailler
Notre petit poulailler sexy au fond du jardin
« 1 de 10 »

Je recommande à tout le monde d’adopter des poules. Il ne faut pas un grand jardin et les bénéfices sont largement devant les petits efforts qu’il faut faire pour rendre la vie agréables à ces poulettes !

Rouille de la vigne

Après une semaine de temps ultra variable, entre grosses pluies avec vent violent et périodes très ensoleillées sans un pet de vent, il était évident que certaines maladies allaient se développer très rapidement sur les plantes les plus fragiles et vulnérables. J’ai donc profité d’une éclaircie pour aller vérifier la vigne, tomates, et pommes de terre…

Quelques feuilles de vigne présentaient des taches brunes sur le dessus, et blanches sur le dessous. Je ne suis pas expert dans les maladies des plantes alors j’ai donc cherché un petit temps sur internet et il semblerait que ce soit la rouille de la vigne.

rouille vigne
rouille vigne
rouille vigne

Bon … quel traitement appliquer ?

Etant donné ma formation de « Maitre Jardinier » et mon envie de jardinier sans pesticide, au naturel, j’écarte tous les produits chimiques ainsi que la bouillie bordelaise (bien que tolérée en agriculture bio, la bouille bordelaire contient beaucoup de cuivre. Le cuivre est considéré comme un métal lourd et peut complètement tuer la vie du sol). Je lis sur internet qu’une solution à base de Bicarbonate de Soude et de savon noir *pourrait* faire l’affaire (pareil contre le mildiou, comme expliqué sur tous-au-potager.fr).

En gros, la solution est constituée de :

  • 5g de bicarbonate de soude par litre d’eau, le principe « actif »
  • une cuillère à soupe de savon noir / savon de marseille par litre. Le savon va permettre au bicarbonate de soude de « coller » aux feuilles et de ne pas tomber directement par terre. Le bicarbonate de soude aura le temps d’agir sur les cellules du champignon responsable de la maladie.
  • 1 litre d’eau (j’utilise de l’eau de pluie, mais de l’eau du robinet fonctionne tout aussi bien)

Il suffit de dissoudre tous les ingrédients dans l’eau, de mettre le tout dans un pulvérisateur, et de pulvériser sur le dessus et le dessous des feuilles (contaminées pour curatif, et saines pour le préventif / limiter la propagation).

J’applique la solution tous les jours, et après la pluie lorsque je suis à la maison.

Mise à jour 05/06/2016: Cette maladie n’est pas la rouille de la vigne ! Voir cet article