Cascade de la Lance

Petit article pour un petite randonnée sympatique, qui ne vous prendra pas plus de 45minutes.

A Colmars-les-Alpes, il y a principalement le Verdon qui y coule, mais aussi la Lance, qui présente une magnifique cascade à proximité du village.

Le début du sentier est accessible soit :
– au bout du parking situé sur la rive en face du centre de secours
– à proximité de l’office de tourisme de Colmars-les-Alpes, à coté du distributeur de billets en face des remparts.

La balade est assez plate, il n’y a pas de montée difficile. On arrive rapidement sur un sentier le long de la falaise qui longe la Lance. Il y a possibilité de picniquer au bord de la rivière, mais oubliez directement l’idée de vous baigner : l’eau est froide, même en été (début août lorsque j’ai essayé).

Après une dizaine de minutes de marche seulement, on arrive à la passerelle métallique installée avec vue sur la cascade de la Lance. Magnifique et ultra facile d’accès ! A faire
absolument si vous êtes dans la région.

Parc d’aventures Bol d’Air

Ce weekend, c’était direction les Vosges pour profiter de l’été au parc d’aventures de La Bresse : Bol d’Air. Au programme, le parc d’aventure dans les arbres et la fameuse descente en tyrolienne de 1,3km de long : le fantasticable !

Après un bon 4h30 de route depuis le Brabant Wallon, en évitant les grands départs en vacances, on se retrouve au camping à proximité, le Camping du Haut des Bluches. Première impression : pas beaucoup d’ombre dans le camping … hum … on espère que ça ne sera pas un problème. On essaie quand même de monter la tente (ou plutôt, “déplier” la tente 3secondes) où il y a le plus d’ombre. Une fois correctement installés, on va directement à l’entrée du parc aventure pour réserver les heures de passage au fantasticable / parc aventure et … le saut à l’élastique. 62€ (pack défi aventure) pour se faire plaisir toute la journée, c’est raisonnable ou 45€ pour le pack fantasticable / parc aventure.

Le lendemain, pas de bol, pluie prévue … Pas grave, on décide de quand même tenter le parc aventure, ca glissera un peu dans les arbres, mais c’est pas un problème d’après le personnel sur place. Après un petit briefing et un parcours d’essai pour voir si tout va bien, on est parti : deux parcours verts très faciles, deux bleues tout aussi faciles mais un peu plus hautes, une rouge très longue et encore plus haute. Puis … la Noire et SUPER NOIRE ! Là, c’est autre chose, TOUT bouge, aucun support n’est attaché. Mal de bras assuré, surtout avec mes bras de crevette 😉 De quoi bien se fatiguer et commencer à ressentir quelques sensations avant le fantasticable.

Après le parc aventure, une pause s’impose au snack du parc. Les prix sont très corrects, alors on en a profité.

On s’équipe alors pour le fantasticable : combinaison spéciale, casque et poulie. Chacun prend son matos dans la camionnette qui nous amène à la “station” de départ en haut d’un chemin de terre. Une fois sur place, petit briefing sur la position des bras à adopter, ce qu’il faut faire et ne pas faire … rien de spécial en somme, et c’est parti ! Chacun son tour, on est attaché à sa poulie sur le câble, on doit donner son poids, on reçoit un frein aérodynamique (une petite voile à l’arrière de sa poulie) et on est lâché dans la nature. Par curiosité, j’ai enclenché la montre GPS Garmin Forerunner 405 avant de monter dans la camionnette. Résultat : max 83.3km/h et 150mètres de dénivelé. On est encore loin des 120km/h maxi, mais c’est sans doute à cause des conditions météo.

Pour ceux qui veulent aller plus vite : mentez sur votre poids et annoncez un peu moins ! 😉

Sinon, pour ceux qui veulent plus d’émotions (avec le fantasticable, pas d’émotions à proprement parler, juste une bonne sensation de liberté), je vous conseille de faire le saut à l’élastique. Pour ceux qui n’en ont jamais fait, celui proposé n’est pas très haut pour un premier saut mais donne de bonnes sensations !

Si vous avez déjà fait ce parc d’aventure, n’hésitez pas à laisser vos commentaires !

L’ascension du Half-Dome

Le Half-Dome est, pour les connaisseurs, probablement la montagne qui fait le plus rêver les amoureux de la nature.
Situé dans le parc national du Yosemite en Californie, cette falaise de granit culmine la vallée du parc de ses 1440 mètres de haut. Très impressionnant d’en bas, il l’est encore plus d’au dessus ! Car oui, il est possible de le gravir sans équipement particulier (à part de bonnes chaussures de marche, un bon sac à dos avec beaucoup d’eau et de la crème solaire (on est tout de même en Californie…) et un peu de courage et de bonne volonté bien évidement)

C’était une des étape clé de mon voyage aux USA (plus d’infos dans le dossier bientôt disponible). Passer à côté d’une telle merveille de randonnée était impensable. Arrivé la veille dans le parc, on fait le tour. Tout est magnifique, on rêve déjà d’être au sommet de ce dôme !

Le lendemain, à l’aube, munis de nos sacs à dos du décathlon (ultra confort ceci dit en passant), on attaque l’ascension. Le cadre est magnifique, le sentier longe la rivière sur plusieurs kilomètres, passant de forêts à plaines en passants par des chutes impressionnantes (Nevada Falls, tout simplement superbe). La faune est magnifique (Blue Jays, biches, écureuils, … et on a même pu observer un ours traversant la rivière !) et n’a pas l’air trop farouche.

La montée est longue mais pas épuisante, jusqu’au milieu de l’immense forêt où la montée commence à se faire sentir dans les jambes (et surtout le poids des 5litres d’eau MINIMUM dans le sac à dos). Après un bon 6h de marche, les arbres se raréfient et le pied du Dome apparaît… encore quelques minutes de marche, sans un gramme d’ombre avant d’arriver au pied du dôme. A ce moment, on se rend compte qu’il est énorme!! On se demande même si on va réussir à le gravir sans avoir peur et faire marche arrière… (puis on observe les gens qui redescendent et on se dit qu’ils sont pas plus “balèzes” que nous!)

Pour monter, il y a un tas de vieux gants usagés pour ne pas s’abimer les mains en escaladant avec la corde. On se sert dans le tas, on monte tout doucement (avec une pente d’angle de 45°). Puis enfin, délivrance, le sommet ! Avec son “diving board” comme les américains l’appellent, ce rocher qui est en équilibre avec plus de 1500m de vide (très bel endroit pour faire des photos). Le cadre est superbe, on a une vue magnifique sur toute la vallée, ca parle toutes les langues au sommet, tout le monde est heureux et on oublie pour quelques heures tout ce qu’on vient d’endurer pour arriver au sommet. C’est un moment magique et inoubliable !

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin (sauf la saucisse qui en a deux, dixit Flake de Rammstein), il est temps de redescendre. A l’envers, la pente est trop raide pour redescendre face à la pente, restons prudent tout de même ! Ca ne va pas très vite, tout le monde descend quasiment en même temps et il y a “embouteillage” au niveau des cordes (sans doute la femme obèse qui a du mal à descendre ? Je rigole …). Puis, c’est le même chemin inverse. On découvre tout de même de nouveau paysages, éclairés différemment par rapport au matin …

Au total, un bon 13h de marche, sans trop forcer. Si j’étais allé tout seul, je l’aurai probablement fait en 10h, mais le spectacle étant si beau et agréable, il eut été dommage de bâcler cette magnifique randonnée !