Imprimante 3D : mise à jour

Suite à mon article sur mon choix d’imprimante 3D datant de 2014, que vous pouvez relire ici, il me semble indispensable de faire une mise à jour pour vous dévoiler tous les défauts de cette machine, loin de l’euphorie de l’achat et des premières utilisations.

Son plus gros défaut : son manque de précision.

Elle est trop légère, peu rigide, les pièces assemblées ont du jeu (jeu entre les roulements et les guides cylindriques par exemple), difficulté de calibration, … tous ces points font que l’impression 3D devient un véritable casse-tête.

Alors oui, certains diront que peut l’améliorer. Oui. C’est ce que j’avais commencé à faire : remplacer les roulements à billes par des plus longs et présentant moins de jeu, changer la tête d’extrusion par une de meilleure qualité, rajouter un heatbed, des sondes de pression pour auto-nivellement de la zone d’impression …  mais à un moment, il faut savoir arrêter le gouffre financier et temporel

L’achat d’une imprimante delta telle que la Rostock Mini Pro est relativement bon marché, mais si vous voulez améliorer sa rigidité, sa précision pour prendre du plaisir à fabriquer vos petites pièces en impression 3D, vous pouvez revoir quasiment toutes les pièces. Autant repartir de zéro !

Finalement, je ne la recommande pas. Lors d’un achat d’imprimante 3D, faites très attention à la rigidité de la machine. Elle doit être le plus rigide possible.

De mon côté, c’est décidé : vu le peu de fois que j’ai utilisé cette machine, et la galère de calibration, je me suis mis en tête de franchir le pas et de changer de machine. Mais ma petite tête d’ingénieur m’a mis au challenge. J’ai en effet acheté une machine CNC, que j’adapterai pour « booster » les pièces d’imprimante 3D dont je dispose déjà !

La machine est une OX CNC de Ooznest, avec électronique PiBot rev2.0. Tout est commandé, elle sera bientôt à la maison. La suite dans les prochains épisodes.

OX CNC de Ooznest Elle arrive !

OX CNC de Ooznest Elle arrive !

 

Laisser un commentaire